Juhan VIIDING



LE CHANT DE LA DUNE PROFONDE

ils sont encore en haut des pins
les petits garçons dans leurs nids
nuits lâches et jours incertains
les pères restent à l'abri

en secret s'envolent les mères
jusqu'à la cîme des grands pins
verseuses de larmes amères
pleurant sur les corps enfantins

le fils voit des bateaux au loin
ce sont des coquilles de noix
rive-toi au sol comme un pin
tant que la jeunesse est à toi

l'hiver on tressait les filets
tu fus pris dans la nasse immonde
un jour, un jour vous l'entendrez
le chant de la dune profonde

comme un pin aussi courbe-toi
la vie ne te quittera plus
dans le vent le sable tournoie
la cloche attend d'être fondue

anéanti le vol de mères
où sont les pères et les fils
on a coupé dans la pinière
et tous ils sont tombés du nid

ne croyez pas les insensés
dans leurs fragiles virulences
les vautours sont déjà lancés
dans les corps hurle le silence

 

Traduit de l’estonien par Antoine Chalvin et Kadriann Soosaar